L’association des juges et procureurs est née pour résoudre les conflits juridiques à la racine

 

« La médiation aide à donner une issue définitive à une série de problèmes dans lesquels la justice ne peut pas donner une réponse adaptée eu égard à la nature du conflit. » Avec ces mots,  Mme Canòlich Mingorance  a présenté l’Association des juges et procureurs pour la médiation, un mécanisme qui aidera les magistrats à avoir les outils pour identifier « dans quel type de conflit nous sommes – dans un procès – afin de permettre aux parties d’en trouver la meilleure issue.  » L’idée n’est pas nouvelle, comme elle l’a indiqué, ce qui est recherché avec cette mesure est de « se retrouevr dans l’expérience déjà existante dans l’environnement européen pour la promotion de la médiation ».

Ainsi, bien que la création de l’association aide également à soulaher les juridictions  deviendra un moyen de mieux répondre aux intérêts du citoyen, parce que, si souvent  la justice peut résoudre un différend particulier, elle ne résout pas le problème fond .  L’idée est donc que «les tribunaux devraient être encouragés à promouvoir la médiation» et, en outre, ils les aideront à se former, à avoir une réelle confiance dans le système et à «créer un forum de débat entre les juges. et les magistrats « pour » parvenir à une justice plus pacifique « .

L’association a été créée avec un groupe de cinq  personnes, mais elle est ouverte à tous les juges et procureurs qui souhaitent y adhérer. Mme Mingorance a également rappelé que depuis que le Conseil général a adopté la loi sur la médiation en mars 2018, il y a eu une acceptation croissante et plus, « il y a de plus en plus de médiateurs spécialisés dans d’autres domaines. que celui de la famille. Elle a cependant a souligné qu ‘ »il y a encore un long chemin à parcourir ». 

Mme Mingorance a fait cette annonce lors d’une cérémonie tenue au Conseil général à l’occasion de la Journée européenne de la médiation . Quelques instants après sa présentation, une table ronde a été organisée avec la participation du directeur du CRES, M. Joan Micó; Mme Laura Rodríguez; la représentante des avocats en médiation devant le tribunal, mme Cristina Blanquer; le membre du Service d’inspection judiciaire de la CSJA, Gilbert Cousteaux, et le juge du Tribunal de Barcelone, Pascual Ortuño.

A cette occasion, tous les avantages de la médiation ont été révélés , comme l’a déclaré Rodríguez, « en tant que juges, nous avons une frontière dans laquelle le citoyen n’est pas toujours heureux ». Il a souligné que cette façon de travailler était courante dans les pays anglo-saxons , mais que dans la plupart des pays européens, cela avait avait été « un peu plus difficile « . Il a également reconnu que la meilleure façon de les diffuser était par l’ éducation , en enseignant aux enfants « que la première façon de résoudre les problèmes est le dialogue ». 

traduction semi-automatique de l’article originel 

 

François STAECHELÉ

Magistrat honoraire - administrteur chargé de la communication - secrétaire général de Gemme-France - président de la chambre arbitrale de Lorraine

Laisser un commentaire