Sara Pose intervient

Hier a eu lieu à l’ICAB la journée de formation ADR 7 × 7 : 7 intervenants x 7 minutes pour parler de méthodes alternatives de résolution des conflits. L’événement a attiré un large public qui a dépassé 150 personnes.

La juge Sara Pose , coordinatrice territoriale de GEMME à Barcelone, est intervenue pour expliquer les raisons pour lesquelles les juges parlent du règlement extrajudiciaire des conflits et même le prescrivent, s’il s’agit d’un mécanisme extérieur au processus judiciaire.

SaraPoseSelon le magistrat, il s’agit d’une nouvelle conception de l’accès à la justice, entendue comme le droit des citoyens d’obtenir une solution satisfaisante et efficace à leurs conflits, un droit qui n’est pas toujours assorti d’une peine, d’où l’obligation la protection judiciaire effective des juges et des magistrats n’est pas épuisée pour juger et faire respecter les jugés, mais doit également inclure l’offre aux citoyens de toutes méthodes de gestion des conflits qui soient plus appropriées pour résoudre leur différend spécifique; par conséquent, nous devons nous demander à quoi servent les juges? Pour Sara Pose, le rôle du pouvoir judiciaire doit aller au-delà de la publication des décisions de justice, en donnant la possibilité aux citoyens de se rendre, même lorsque le conflit a déjà été juridictionné, à d’autres systèmes de solutions dans lesquels ils retrouvent le rôle principal dans la conception de la réponse appropriée à leurs besoins, permettant ainsi aux ADR d’être non seulement des méthodes alternatives, mais également un outil complémentaire du processus judiciaire traditionnel. L’intervention intégrale de Sara Pose hazcliquez ici .

Pour sa part Xavier Bernadí(Directeur général du droit et des entités juridiques du département de la justice de la Generalitat de Catalunya): dans son discours, il a souligné la nécessité de procéder à une analyse économique de la médiation et des modes alternatifs de résolution des conflits, en vue de déterminer le budget alloué de l’administration autonome et de l’État à la mise en œuvre desdits mécanismes; Il demande également si les institutions sont prêtes à relever le défi du RED, en tenant compte de la situation actuelle en matière de médiation. Le Mr. Bernadí a posé la question concernant l’opportunité ou non d’établir la médiation obligatoire comme moyen de parvenir à son utilisation effective; Il a également souligné que, bien que les ADR exigent plus d’euros que les normes, il ne serait pas superflu d’établir une loi sur la médiation applicable dans tous les domaines et,

Juan Antonio Ruiz, avocat et médiateur: a centré son discours sur la responsabilité des avocats eux-mêmes, les ADR ne commençant pas, étant donné que, malgré l’imprévisibilité et l’incertitude du système judiciaire traditionnel, les avocats eux-mêmes se sont acclimatés à cette situation, et ils n’utilisent pas les outils à leur disposition pour introduire d’autres mécanismes de résolution, essentiellement par le biais de clauses contractuelles, dans lesquels les parties peuvent établir la soumission des litiges à la médiation ou à l’arbitrage, question qui préoccupe les parties. que l’importance nécessaire n’est pas conférée, comme en témoigne le fait qu’elles sont appelées les clauses de minuit, la dernière à convenir et dans laquelle la large marge du principe de l’autonomie de la volonté dans la sphère contractuelle n’est pas utilisée.

Jordi Casajoana, avocat et médiateur, président de la commission des médiateurs de l’ICAB: son discours a porté sur la nécessité de moderniser la profession d’avocat et sur l’inclusion de la formation dans des domaines tels que « cartographier le conflit », déterminant ce qui est le plus utile. approprié pour résoudre le conflit qui conduit le client au bureau professionnel, en modifiant en priorité l’idée traditionnelle du litige et en lui substituant la considération que l’une des principales responsabilités de l’avocat est d’offrir le meilleur service au client, ce qui Parfois, il arrive que l’on utilise l’ADR en faisant appel aux professionnels de ce domaine.

Mercedes Tarrazón , avocate, médiatrice et arbitre internationale: elle a axé son intervention sur l’explication des différences entre l’arbitrage interne et international, en soulignant que, contrairement aux autres modes alternatifs de règlement des conflits , l’arbitrage ne complète pas le processus judiciaire, mais l’exclut, le remplace. et une grande partie de sa présentation a porté sur le fonctionnement d’un organe d’arbitrage.

Montserrat Tur , avocat, médiateur et président de l’Association catalane de droit collaboratif, est intervenu en soulignant les différences entre l’avocat classique opposant et l’avocat collaboratif, dont le rôle est de rechercher une solution négociée, en soulignant les avantages de Cette nouvelle forme d’intervention de la profession d’avocat.

Inma Barral , Ph.D. en droit, professeure UB et experte en ADR, a axé son intervention sur la nécessité d’inclure très tôt les études de médiation dans les plans d’enseignement, ainsi que sur les changements vécus par les étudiants universitaires en ce qui concerne leur avenir. professionnel, ayant descendu de manière considérable ceux qui optent pour la pratique professionnelle classique, plaidante ou contradictoire.

L’ensemble des interventions a coïncidé avec la nécessité d’un changement de paradigme dans le système de justice traditionnel, ainsi qu’avec la nécessité de provoquer un changement culturel profond, non seulement parmi les opérateurs juridiques, mais dès les premiers stades de l’éducation, afin que La médiation et les EIM en général sont perçus comme un mécanisme habituel et une véritable alternative à la méthode accusatoire traditionnelle.

P.S. traduction automatique du site espagnol du GEMME

Fermer le menu